#1 15-09-2008 22:44:00

ROCHE
Invité

Spéléologie

Salut à  tous,

Notre région particulièrement, et sûrement d'autres de France et du Monde, possède une succession de grottes communicantes entre elles. Des quantités de kilomètres de galeries, cavernes, lacs, rivières et tout ça enfouis sous des tonnes de terre et roches.

Dans ces profondeurs aussi vastes n'y aurait-il pas une civilisation souterraine ? Et intelligente ? . . . Utopie ? . . . Comment pourrait-elle conserver son anonymat ? Et comment pourrait-on ignorer l'existence d'une population souterraine ?

Pour ou contre les intra ou extra-terrestre ? …

Tout ça pour en venir à  ma question ou demande plus raisonnable : Il y aurait-il dans notre région ou ailleurs, des spéléologues qui auraient vécu, mis à  part la beauté des sites, quelque chose de bizarre dans nos sous-sol ?

#2 06-03-2008 19:07:00

Notos
Invité

Re : Spéléologie

Extrait du livre (édition de1886) de SAINT-YVES D'ALVEYDRE : MISSION DE L'INDE EN EUROPE . MISSION DE L'EUROPE EN ASIE :

J'ai dit plus haut que les entrailles du Globe avaient été visitées, et les travaux infernaux de leurs habitants observés sur place.

Ce qui a été est encore, et voilà  ce que les initiés se disent, de certains grades à  d'autres :

« Chaque année, à  une époque cosmique déterminée, sous la conduite du Maharshi, du grand Prince du Sacré Collège magique, les lauréats des hautes sections descendent encore visiter une des métropoles plutoniennes.

« Il leur faut tout d'abord se couler à  travers le sol par une anfractuosité, qui tolère à  peine le passage d'un corps.

« Le souffle s'arrête, et l'Yoghi, les mains au-dessus de sa tête, glisse, et croit vivre un siècle.

Ils tombent enfin l'un après l'autre dans une interminable galerie en pente, où commence leur véritable voyage.

« A mesure qu'on descend, l'air devient de plus en plus irrespirable, et, à  la lueur d'en bas, on voit la force des initiés se graduer le long des immenses voûtes inclinées, au fond desquelles ils vont bientôt observer les enfers.

« Le plus grand nombre est forcé de s'arrêter en chemin, suffoqué, épuisé, malgré des provisions d'air respirable, de nourriture et de substances calorifiques.

« Ceux-là  seuls continuent, auxquels la pratique des arts et des sciences secrets ont permis de respirer aussi peu que possible par les poumons, et de tirer de l'air, n'importe où, et par d'autres organes, les éléments divins et vitaux qu'il renferme en tous lieux. 

« Enfin, après un très long voyage, ceux qui persévèrent, voient au loin flamboyer quelque chose comme un immense incendie sous-planétaire.

« Le Prince initiatique se retourne, et, la main levée, l'index et le pouce réunis, il ne parle plus que part signes, dans la langue universelle que j'ai mentionnée.

« Que dit-il ? Le voici :

« Silence : nous sommes arrivés !

« Qu'aucun de vous ne parle, qu'aucun de vous ne touche ni l'eau, ni les fruits souterrains du peuple que vous allez voir ; et quand je traverserai l'Océan de feu, posez exactement vos pieds sur les vestiges des miens.

« Dans la même langue, le Prince initiatique s'adresse, en leur faisant face, à  des êtres qu'on ne voit pas encore.

« Par les hiérogrammes sacrés, symboles de l'union des peuple céleste avec notre terrestre Humanité, symboles du droit de commandement que l'esprit divin qui anime cette dernière a sur ce qui est en bas au nom de ce qui est en haut, le Prince des mages ordonne, et les chefs du peuple infernal obéissent.

« La Métropole cyclopéenne s'ouvre, éclairée d'en bas par un Océan fluidique, rouge, reflet lointain du feu central, retrait sur lui-même à  cette époque de l'année.

« Ce sont à  l'infini les ordres les plus étranges d'architecture, où tous les minéraux confondus réalisent ce que la fantaisie et la chimère des artistes gothiques, corinthiens, ioniens, doriens, n'auraient jamais osé rêver.

« Et pourtant, furieux de se voir pénétré et envahi par des hommes, un peuple à  forme humaine, au corps igné, reflue à  l'approche des initiés, et s'élance en tous sens sur des ailes, allant s'accrocher avec des griffes aux murailles plutoniennes de leur cité.

« Le Maharshi en tête, la théorie sacrée suit un chemin étroit de basalte et de lave figée.

« On entend au loin un bruit sourd qui semble s'étendre à  l'infini, comme l'ébranlement des vagues d'une grande marée d'équinoxe.

« Pendant ce temps, tout en marchant, les Yogis observent et étudient ces peuples étranges, leurs moeurs, leurs coutumes, leur effrayante activité, leur utilité pour nous.

« Ce sont leurs travaux, qui, sur l'ordre des puissances cosmiques aménagent à  notre profit les sous-sols qui nous portent, les fleuves souterrains des métalloïdes et des métaux qui nous sont nécessaires, les volcans qui garantissent notre globe des explosions et des cataclysmes, le régime de nos montagnes et celui des vallées de nos fleuves.

« Ce sont eux encore qui préparent les foudres, endiguent sous terre les courants cycliques des fluides interpolaires et intertropicaux, ainsi que leurs dérivations interférentielles dans les différentes zones des latitudes et des longitudes de la terre.

« Ce sont eux aussi qui dévorent tout germe vivant pendant qu'il pourrit pour porter son fruit.

« Ces peuples sont les Autochtones du feu central ; ce sont les mêmes qu'a visités avant de remonter dans le soleil, N.S. Jésus-Christ, afin que la Rédemption purifi°t tout, jusqu'aux instincts ignés d'où s'élève ici-bas la hiérarchie visible des êtres et des choses.

« Car tout est Vie et tout est Harmonie dans l'Esprit de Dieu, depuis le sommet des Cieux jusqu'au centre même de la Terre. »

#3 16-05-2008 10:20:00

actarus
Membre
Inscription : 19-10-2004
Messages : 119

Re : Spéléologie

livre

La terre creuse :

Isaac Plotin, physicien, membre du groupe AVALON, et auteur de l'intéressant livre Sciences secrètes (Ed. Louise Courteau) est le porte-parole d'un collectif de scientifiques travaillant sur l'hypothèse que la Terre puisse être creuse et son centre occupé, non par un noyau interne constitué de nickel/fer en fusion, mais par un soleil intérieur constitué d'antimatière !

Voici son témoignage :

« Etant donné que la matière et l'antimatière sont supposées s'annihiler, comment notre Terre pourrait-elle contenir un coeur d'antimatière ?

Tout simplement du fait de l'existence de particules que j'ai appelées particules G, afin de les différencier des autres particules constitutives de la matière et de l'antimatière. J'ai compris en effet que les atomes d'antimatière peuvent coexister avec la matière, alors que les particules d'antimatière ne le peuvent pas, et ce point est fondamental pour la suite.

En effet, contrairement à  une particule, un atome d'antimatière dispose d'antiélectrons ou positons qui tournent autour du noyau. Ces positons ont une charge électrique positive et attirent, par conséquence, les particules G dont la charge est négative. Ces particules du milieu constituent une sorte de bouclier de protection tournant autour de l'antiatome. Un atome de matière qui s'approche d'un atome d'antimatière est repoussé par ce bouclier de protection et les deux atomes ne peuvent s'annihiler, alors qu'une particule d'antimatière, surtout si elle est de charge négative comme l'antiproton, s'annihile rapidement au contact de la matière.

A titre d'exemple, considérez un atome d'antimatière comme une boule de bois revêtue d'une gaine de caoutchouc. La boule représente l'antiatome et la gaine les particules G qui forment, autour de lui, un bouclier protecteur. Si vous lancez cette boule contre une boule non revêtue qui représente un atome de matière, vous comprendrez facilement que les deux boules se repoussent et que jamais les deux boules en bois ne viendront au contact l'une de l'autre. L'antiparticule, par contre, ne peut être représentée par une sphère. Elle vibre pratiquement sur un segment de droite et c'est plutôt une lame d'acier qui peut la représenter, lame revêtue ou non de caoutchouc suivant qu'elle est de charge positive ou négative. Vous comprendrez que la lame d'acier se fiche sans problème dans la boule en bois et même une lame revêtue peut s'y enfoncer, si elle est lancée avec suffisamment de force. Ainsi les antiparticules s'annihilent-elles au contact de la matière et il est facile de comprendre, avec cet exemple, qu'une lame gainée, un positon, peut survivre plus longtemps qu'une lame qui ne l'est pas comme l'antiproton. Peut-être est-ce la raison pour laquelle il a été retrouvé, dans le rayonnement cosmique, essentiellement des antiparticules positives.

Imaginons maintenant une boule d'antimatière dans notre espace constitué de ces particules G que nous commençons à  bien connaître. Contrairement à  une planète de matière qui les repousse, notre sphère d'antimatière attire ces particules. La pression du milieu à  proximité de sa surface est très élevée. Quand on s'éloigne de cette surface, la pression diminue jusqu'à  une pression minimale, inférieure à  la pression neutre du milieu pour augmenter à  nouveau vers cette pression.

Si vous demandez pourquoi la pression diminue pour ensuite augmenter, au lieu de simplement diminuer vers la pression neutre, sachez que c'est une loi en physique et en météorologie : si vous créez, dans un milieu au repos, une pression en un endroit, vous créez par réaction une dépression en un autre endroit. Voyez les vagues qui se créent sur une mer au repos, elles créent un haut, mais aussi un creux.

La sphère de pression minimale qui se trouve située à  une certaine distance de la surface de notre astre d'antimatière est très importante pour notre étude, car elle constitue ce qu'il est possible d'appeler « un piège à  matière ». Nous allons comprendre comment une boule d'antimatière, placée dans notre univers peut automatiquement, en fonction de lois physiques parfaitement compréhensibles, se créer une ou plusieurs écorces de matière.

Nos scientifiques, je vous l'ai dit, sont aujourd'hui convaincus qu'à  l'origine du monde, il y a plus de 13 milliards d'années, il a dû se former autant d'antimatière que de matière. Si tel est bien le cas, cette antimatière ne n'est pas annihilée comme certains le pensent et elle n'a pas été repoussée au fond de l'univers. Elle s'est simplement constituée des écorces de matière et se trouve aujourd'hui sous nos pieds !

Incroyable, me direz-vous ! Je vous répondrai simplement qu'il s'agit de l'enchaînement pur et simple de lois physiques et non d'hypothèses et de spéculations, ni de science-fiction. Si, comme j'essaye de vous le faire comprendre, ce milieu cosmique avec ses particules G négatives est une réalité et si un jour matière et antimatière ont coexisté comme les scientifiques le pensent, ne doutez pas du lieu où se trouve cette dernière. Elle constitue probablement un beau Soleil central et éclaire une sphère où les lois de la gravité sont inversées et où il est possible de se promener. Mais n'anticipons pas ! Je souhaite que vous compreniez le parfait fonctionnement du piège à  matière que constitue une boule d'antimatière placée au sein du milieu cosmique et comment celle-ci va pouvoir se constituer non seulement une, mais plusieurs écorces de matière.

Visualisez notre sphère d'antimatière et cette sphère de pression minimale située à  une certaine distance. Vers l'intérieur comme vers l'extérieur de cette sphère théorique, la pression du milieu augmente. Elle est le lieu où la gravité s'inverse. La matière placée d'un côté comme de l'autre de cette sphère reviendra vers elle. Elle voit en effet sa face la plus éloignée soumise à  une pression plus importante que l'autre face. Le principe est le même que lorsque nous avons démontré que la force de gravitation résultait des différences de pression du milieu.

Ainsi, toute matière se trouve-t-elle piégée au niveau de cette sphère théorique, lieu d'inversion de la pression du milieu. Elle s'accumule et constitue progressivement une écorce autour de notre boule d'antimatière, mais à  une certaine distance. Cette écorce dispose d'une surface extérieure où la pression du milieu entraîne une gravité dirigée vers le centre, et une surface intérieure ou le milieu entraîne une gravité inverse. Il est possible de marcher sur la surface extérieure, c'est ce que nous faisons chaque jour, à  la lumière du Soleil. A l'intérieur, il est possible d'y marcher aussi, à  la lumière, cette fois, d'un astre antimatière qui brille de façon permanente. La nuit n'existe pas sur 1e grand continent intérieur !

Toutes les planètes, le Soleil, et les étoiles sont donc, selon mon hypothèse, partiellement creuses avec, en leur centre, des noyaux d'antimatière et, entre les deux, des particules G qui servent d'isolant. »

Extrait de Sciences secrètes

d'Isaac Plotain (Ed. Louise Courteau)

Hors ligne

#4 29-04-2008 19:29:00

timeo17
Membre
Inscription : 26-04-2008
Messages : 107

Re : Spéléologie

Salut Roche tu as raison j'ai fait quelque recherche et lu un bouqui qui parle d'un peuple plus évoluer que nous vivant a plusieurs kilomètres sous nos pieds.Il est qu'il y a plusieurs milliers d'années je crois, l'eau avait recouvert un majeur parti des terres pas toutes découvertes.Et beaucoup d' homme aurait prit congés sous terre en passant par des souterrains et que des êtres venus d'ailleurs leurs rendrai visite,en passant par les cavitées souterraines.

Hors ligne

Pied de page des forums

[ Générées en 0.017 secondes, 8 requêtes exécutées - Utilisation de la mémoire : 331.29 Kio (pic d'utilisation : 383.27 Kio) ]